douleur névralgie pudendale

Quelle est la véritable origine des douleurs de la nevralgie pudendale ?

 

En Mars 2015, Simon PLINET présentait un article sur la névralgie pudendale qui a suscité un très grand nombre de réactions de patients visiblement très intéressés par la prise en charge ostéopathique de la névralgie pudendale, non invasive et sans effets secondaires (contrairement à la chirurgie ou aux médicaments).

 Je vous propose dans cet article de vous détailler l’origine des douleurs de la névralgie pudendale.

Ces douleurs peuvent être très handicapantes et sont souvent associés à des douleurs ou symptômes qui peuvent être étonnants.

Si certains points sont un peu techniques, n’hésitez pas à nous laisser un commentaire (en bas de page) pour vous éclaircir certains points ! Nous mettrons l’article à jour au fur et à mesure.

 

Un peu d’anatomie pour mieux comprendre la névralgie pudendale

 

Le segment médullaire, élément au coeur de l’explication neurologique de la névralgie pudendale

Pour commencer mon bilan ostéopathique j’interroge le patient qui va m’aiguiller en me décrivant ce qui l’a amené à consulter et ce qu’il ressent. J’examine et explore manuellement les tissus à la recherche de tensions et déséquilibres.

L’ostéopathe réalise ainsi un diagnostic fonctionnel à la recherche des causes d’un trouble du nerf pudendal.

La construction d’un diagnostic repose sur des principes, pour les causes neurologiques nous utilisons notamment celui-ci :

« Une dysfonction ostéopathique est associée à un segment médullaire […] hyper sensible. » (d’après Irvin Korr)

segment médullaire

Qu’est ce qu’un segment médullaire ?

C’est un étage de moelle épinière (située dans la colonne vertébrale) qui reçoit tous les neurones connectés à un territoire défini (zone du corps humain).  Ce territoire a plusieurs plans : cutané, musculaire, osseux et viscéral.

Dans le corps humain tout ce qui nous compose (les os, les muscles, les articulations, nos viscères, organe, …) est connecté (innervé) à notre système nerveux.

 

En temps normal son rôle est d’intégrer les messages sensitifs, et déclencher une contraction musculaire du même territoire.

Un segment médullaire est dit hyper-sensible quand tout influx, quel qu’en soit l’origine (cutanée, musculaire, osseuse, viscérale …) peut déclencher une contraction de tous les muscles recevant leur innervation motrice à partir du segment médullaire affecté.

 

Anatomie du nerf pudendal 

Le nerf pudendal né des étages médullaire S2-S3-S4 (étages en verts sur le schéma ci-dessus). Ces tranches de moelle sont localisées dans la colonne vertébrale au niveau de la 2e vertèbre lombaire (environ un travers de main sous les dernières cotes).

Le nerf émerge dans le bassin à travers le sacrum (juste au-dessus du pli inter-fessier) et descend sur la base des os du bassin (les deux os sur lesquels on est en appui, assis sur une chaise) et vient finir dans nos organes génitaux.

Un parcours assez long pour malheureusement permettre à des tensions musculaires de perturber l’équilibre de la région.

Toute agression d’un nerf sur son trajet générera un influx douloureux vers le système nerveux. Ce message sera transmis au cerveau pour l’en informer.

Tout processus qui viendrait comprimer le nerf sur son trajet est donc susceptible de le faire souffrir.

 

Quelles peuvent être les causes de la compression du nerf pudendal ?

 

Le canal d’Alcock, le muscle piriforme, le grand ligament sacro sciatique sont des éléments anatomiques sur le trajet du nerf pudendal qui sont susceptibles de provoquer des compressions, étant donné leur proximité immédiate avec le nerf.

Un périnée hypertonique, une fibrose liée à une ancienne cicatrice (chirurgie) ou à une ancienne chute peuvent également provoquer une compression sur le nerf pudendal.

Enfin, une accouchement long et compliqué peut provoquer parfois une irritation et une compression durable sur le nerf pudendal.

Le schéma ci-dessous nous montre un exemple de point de compression possible avec le ligament sacro sciatique  :

compression nerf pudendal

 

 

Pourquoi la zone de la douleur ne correspond pas forcément à la zone comprimée ?

Un nerf rapporte le message d’information d’un composant du corps. Le nerf une fois comprimé, en son début, en son milieu ou à sa fin, générera le même message douloureux !

Le nerf pudendal innerve le périnée le clitoris et la verge ; s’il existe une compression, il peut donc parfois transmettre sans distinction l’information d’un signal douloureux dans les régions qu’il innerve : dans la fesse, au niveau de l’anus, au niveau du périnée, et dans le clitoris ou la verge.

 

La région d’expression de la douleur n’est pas nécessairement celle qui souffre

 

La moelle est un lieu de convergence de tous les neurones relayant les informations sensitives. Cette convergence au niveau médullaire offre une proximité physique entre les neurones.

C’est ainsi que la surcharge de messages douloureux non délivrés au cerveau peut générer l’irritation des autres nerfs à proximité et rendre l’étage médullaire hyper sensible.

Quand le nerf rapportant le message viscéral douloureux finira par irriter autre un nerf (cutané par exemple) qui, possède une connexion avec le cerveau, nous serons informés de la douleur mais seulement dans ce territoire cutané.

 

Ceci explique le caractère évolutif et parfois étonnant de la douleur de la névralgie pudendale !

 

Le nerf pudendal est en relation avec les étages médullaires S2-S3-S4.

Les étages médullaire S2-S3-S4 gèrent les informations neurologiques au niveau :

  • Osseux : du sacrum et du pubis
  • Cutané : la tranche de peau au pourtour du pli inter-fessier, toute la région périnéale et une bande de peau descendant en arrière de la cuisse et de la jambe jusqu’au talon !
  • Musculaire : tous les muscles qui soutiennent le rectum, ceux qui assurent lacontinence volontaire de la vessie et de l’anus, le périnée, ceux qui assurent la turgescence du pénis et du clitoris, les muscles profonds de l’articulation de la hanche, du grand fessier et au niveau du pied ceux qui mobilisent les orteils !
  • Viscérale : rectum, vessie, utérus, prostate, trompes et ovaires, urètre
  • Vasculaire : globalement tous les vaisseaux situés en périphérie de tous les éléments cités

 

Quels sont les symptômes associés ?

La nevralgie pudendale peut donc parfois être associée à des symptômes tels qu’une douleur au niveau du sacrum, du pubis, au niveau de votre jambe jusqu’au talon, de troubles de l’érection, de douleurs pendant les rapports sexuels, de douleurs gynécologiques par exemple.

Voici donc ici l’explication des douleurs évolutives et parfois étonnantes reportée par nos patients.

Bien souvent et bien malheureusement, nos patients viennent nous voir avec comme seules réponses trouvées par les médecins, un état anxieux voir dépressif (nécessitant un traitement anti dépresseurs associé).

 

Non, vos douleurs ne sont pas psychologiques.

 

 

N’hésitez pas à nous solliciter pour en connaitre davantage ! Si vous souhaitez échanger avec un ostéopathe sur le sujet de la névralgie pudendale, n’hésitez pas à nous contacter (contact@reflexosteo.com).

 

Références :

[Consultées le 19/1/18]

-Pr. Korr, Irvin,1982, Bases physiologiques de l’ostéopathie, 2ème édition, Frison-Roche

-Métra A. et Kyung De Y. 2017, Cahier d’ostéopathie pelvi-périnéale, éditions Frison-Roche

-Ciccotti Michel, 2011, Le lien neurologique, cours de neurologie en ostéopathie à l’école Eurosteo

Dr Guy de Bisschop, Névralgie pudendale pour les nuls. Disponible sur :

http://www.aly-abbara.com/livre_gyn_obs/termes/PDF/nevralgie_pudendale.pdf,

Plinet Simon, 2015 Traitement de la névralgie pudendale, reflexosteo.com disponible sur http://reflexosteo.com/traitement-de-la-nevralgie-pudendale/

Imad Ziouziou & Co 2013, Le syndrome du canal d’Alcock ou névralgie pudendale : un diagnostic à ne pas méconnaître. Disponible sur : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3713147/

Pr. Siproudhis Laurent décembre 2008, Névralgie pudendale ou Syndrome du canal d’Alcock. Disponible sur : https://www.snfcp.org/informations-maladies/divers/nevralgie-pudendale-syndrome-canal-dalcock/

Author Info
Julien DANTZER

Julien DANTZER

Ostéopathe et infirmier à Nice, j’ai suivi ma formation à Aix en Provence dans l’école d’Eurosteo. Jeune rédacteur chez REFLEX OSTEO, je vais tenter de vous parler d’ostéopathie, un nouveau défi passionnant !

Commentaires ( 2 )

  • Lamoussiere

    Bonjour
    J’ai accouché le 2/12/2017 (accouchement long, forceps, épisiotomie, périmètre crânien bébé en haut de courbe…)
    Depuis 2 mois, je ressens une douleur très difficile à expliquer (sensation de brûlure région vaginale, sensation de douleur au périnée mais pas du tout vers la cicatrice, douleur diffuse, impression d’avoir quelque chose qui gêne dans les fessés, et douleur ++ quand je suis assise)
    Ma SF me dit ne pas comprendre mes douleurs car mon episio est super belle alors à force de chercher, je suis en train de me demander si je n’aurai pas ce problème de Nevralgie Pudentale??
    J’ai également affreusement mal au coccyx depuis mon accouchement, je ne peux toujours pas m’assoir en voiture, est-ce qu’il pourrait y avoir un lien?
    Je reprend le travail le 5/03 et ces douleurs me font vraiment peur !
    Connaissez vous des ostéopathes dans la région de Nevers (Nièvre)
    Merci pour votre avis

    • Romain LESPINASSE

      Bonjour,

      Il peut y avoir des contraintes mécaniques aux niveau du bassin suite à l’accouchement qui peuvent créer des douleurs de ce type. De plus il peut y avoir des tensions au niveau viscéral et gynéco qu’il faudrait travailler.
      Néanmoins nous ne faisons pas de diagnostic à distance. Nous vous conseillons d’effectuer un bilan avec un ostéopathe afin d’identifier la ou les causes de vos troubles.
      Malheureusement nous n’avons pas d’ostéopathe à proximité.

Poster un commentaire

Effectuez cette addition *