Les jambes légères, le secret du bien-être estival

 

Été très précoce oblige, les températures caniculaires se sont tranquillement installées un peu partout en France. Or, nous le savons tous, la chaleur est un vrai défi pour notre corps et impacte sur tous nos systèmes organiques et notamment sur le système de circulation sanguine.

Jambes lourdes, fourmillements, varicosités, varices, œdèmes…. la chaleur est un des pires ennemis de la circulation sanguine.

Nous allons découvrir quelques plantes permettant de réduire les risques liés à la chaleur et de résorber certains troubles déjà apparus.

Pour retrouver des jambes légères, sans douleurs, de nombreuses plantes viennent à votre secours

La circulation sanguine

Nous sommes très nombreux à présenter un risque sur le plan circulatoire. Qu’ils soient liés à l’hérédité, à des maladies spécifiques ou simplement à une mauvaise hygiène de vie, les problèmes circulatoires sont particulièrement difficiles à vivre en été, la chaleur accentuant encore les symptômes. Il existe différents troubles de la circulation sanguine dont certains peuvent se manifester uniquement en période chaude.

 

Le système circulatoire

L’appareil circulatoire se compose d’une pompe de propulsion d’un liquide contenant l’oxygène et tous les éléments nutritifs de l’organisme, qui est lui-même véhiculé jusqu’aux cellules grâce à une tuyauterie. La pompe c’est le cœur, le liquide est le sang et la tuyauterie notre système veineux.

Le sang est un élément fondamental à la vie et c’est pourquoi il est acheminé, via le système veineux, dans chacun de nos organes en transportant oxygène et nutriments. On comprend alors que la moindre insuffisance veineuse peut engendrer des troubles organiques allant de la sensation de jambes lourdes à des pathologies plus importantes.

Notre système veineux comprend des artères, des veines et des capillaires qui font la jonction entre les veines et les artères. On dit des artères qu’elles sont efférentes : elles partent du cœur pour aller vers les organes, tandis que les veines sont afférentes : elles partent des différents organes pour rejoindre le cœur.

  • Les artères : les artères sont des conduits élastiques dont la paroi interne est constituée de fibres élastiques et de fibres musculaires. Elles permettent de contenir le sang à une pression variable entre un maximum et un minimum. Il s’agit des paramètres mesurés lorsque l’on prend la pression artérielle. Les artères qui partent du cœur voient leur calibre progressivement diminuer, et aux grosses artères succèdent alors les artères de moyen calibre puis les artérioles.
  • Les capillaires : à l’intérieur des organes, les artérioles se ramifient en fins capillaires qui représentent le plus petit calibre des éléments de l’appareil circulatoire. C’est à leur niveau que le sang apporte aux tissus tous les éléments nécessaires à leur fonctionnement (oxygène, eau, glucides, protides, lipides, minéraux).
  • Les veines : aux artérioles et capillaires font suite les veinules puis les veines. Elles ont une paroi plus mince que celle des artères et possèdent en plus des valvules qui empêchent le sang de refluer à contre-courant. Aux veinules succèdent les veines de petit calibre, puis celles de moyen calibre et enfin les grosses veines telles que la veine cave supérieure et la veine cave inférieure.

 

Les troubles de la circulation

Lorsqu’il fait chaud, nos veines se dilatent naturellement pour maintenir la température corporelle à 37°C. Les vaisseaux sanguins augmentent alors de calibre : c’est la vasodilatation. Ce mécanisme normal peut devenir très pénible en été lorsque des antécédents circulatoires existent.

Différentes pathologies telles que l’insuffisance veineuse, l’hypertension artérielle, l’artériosclérose, le diabète, la maladie de Reynaud, ou encore une thrombose veineuse engendrent des troubles de la circulation sanguine.

Par ailleurs, certaines très mauvaises habitudes peuvent augmenter le risque. C’est le cas du tabagisme et de l’alcool, d’une mauvaise alimentation trop pauvre en fibres et éléments minéraux, d’un manque d’activité physique, du port systématique de vêtements trop serrés et du stress.

L’insuffisance veineuse toucherait un français sur trois. Elle serait la conséquence de l’altération de la paroi des veines rendant le retour sanguin vers le cœur insuffisant et engendrant une stagnation du sang dans les extrémités, essentiellement les membres inférieurs.

Il s’agit du trouble le plus problématique en période de fortes chaleurs, les symptômes s’accentuant : jambes lourdes, apparition de varicosités voire de varices, œdèmes des chevilles, douleurs, etc.

Et pour cause, sous l’effet de la chaleur les vaisseaux se dilatent et le sang stagne.

Cependant, ces inconforts ne sont pas une fatalité et peuvent être prévenus et/ou résorbés grâce à certaines plantes aux actions efficaces sur la circulation de notre sang.

 

Les plantes et la circulation sanguine

Les plantes sont de grandes sources naturelles pour soulager les problèmes de jambes

Il existe beaucoup de plantes pouvant agir positivement sur le rétablissement d’une circulation sanguine normale, sur la diminution des œdèmes liés à la chaleur excessive, et sur la résorption des varicosités et varices.

 

Phytothérapie

Sous forme de tisane, certaines plantes plus ou moins connues peuvent apporter un véritable bénéfice pour prévenir et lutter contre les lourdeurs et gonflements des membres inférieurs, mais c’est aussi le cas de certaines huiles végétales appliquées en massages. En voici quelques unes :

En tisanes et comprimés

  • La vigne rouge : c’est la première plante préconisée en infusion pour rétablir un rythme circulatoire fonctionnel. En effet, la vigne rouge contient des oligo-proanthocyanidines (OPC) qui favoriseraient la fluidité sanguine, permettant de soulager en partie les symptômes de l’insuffisance veineuse. La vigne rouge se trouve très facilement en infusion préparée en commerce ou chez l’herboriste.
  • Le marronnier d’Inde : le marronnier, qui est originaire des Balkans et non pas d’Inde comme son nom laisse à penser, est utilisé depuis plusieurs siècles pour traiter les troubles veineux. L’arbre a fait l’objet de plusieurs études qui ont permis de constater une action positive de l’extrait de graines de marronnier grâce à sa teneur en aescine (ou escine) qui a des effets vasoconstricteurs et anti-inflammatoires. Cet extrait est un des premiers traitements prescrits en cas d’insuffisance veineuse en Europe. On le trouvera sous forme de capsule journalière.
  • Le ginkgo biloba : le ginkgo appartient à la plus ancienne famille d’arbres répertoriée dont il est le dernier spécimen actuel (famille des Ginkgoaceae apparue il y a plus de 270 millions d’années). Ses feuilles contiennent des substances anticoagulantes et vasodilatatrices connues. Elles sont donc utilisées depuis très longtemps pour améliorer la circulation sanguine. Grâce à certains de ses principes actifs (glycosides de flavonol et lactones terpéniques) elles favorisent la microcirculation, et sont efficaces aussi bien en période de grande chaleur que de grand froid (notamment en cas de maladie de Reynaud). On les trouve en tisane ou en gélules.
  • Fragon ou petit houx : le fragon est un arbuste méditerranéen connu de beaucoup, produisant des baies rouges toxiques. Il est utilisé pour soulager les symptômes liés à l’insuffisance veineuse, il est aussi employé pour traiter les varices et hémorroïdes. Il est encore plus efficace en association avec la vigne rouge. On le trouve en tisane ou comprimés.

Les huiles végétales

  • L’huile de millepertuis : cette huile végétale, connue pour ses vertus protectrices et réparatrices après exposition solaire, possède aussi un intérêt dans l’entretien et le rétablissement de la circulation sanguine. Elle sera donc très intéressante en synergie avec des huiles essentielles pour une application externe en massages.
  • L’huile de calophylle inophyle : cette huile, issue des amandes contenues dans les fruits du calophylle, possède un pouvoir anti-inflammatoire important qui joue un rôle dans la prévention et la résorption des troubles vasculaires. Elle est notamment employée pour atténuer les varices et la couperose. Elle sera donc une bonne alliée en été pour lutter contre les troubles circulatoires. Comme le millepertuis, elle est dotant plus efficace en synergie avec des huiles essentielles.

 

Aromathérapie

Certaines huiles essentielles ont une action décongestionnante, tonique et rafraîchissante :

  • L’hélichryse italienne : anticoagulante, antiphlébite, fibrinolytique (dissous les caillots sanguins), et tonique de la circulation artérielle, cette huile essentielle est un véritable allié de la circulation sanguine. Très bien tolérée par la peau, elle peut s’appliquer directement sur les zones concernées ou bien diluées dans une huile végétale. Le massage peut se faire en partant des chevilles et en remontant vers le haut des jambes (sens de la circulation de retour). On procédera de la sorte en massage avec toutes les huiles essentielles.
  • La lavande officinale (lavande vraie) : la lavande est un excellent tonique général et elle est légèrement anticoagulante, favorisant une meilleure circulation. Elle s’associe très bien avec l’hélichryse italienne, diluée dans une huile végétale.
  • Le lentisque pistachier : l’huile essentielle extraite des rameaux feuillés de cet arbrisseau méditerranéen est efficace contre quasiment tous les troubles de la circulation. Elle est désinfiltrante et aide donc à décongestionner, phlébotonique et favorise donc la circulation de retour (de bas en haut vers le cœur). Comme la lavande, elle fonctionne bien en synergie avec l’hélichryse italienne diluée dans une huile végétale.
  • Le cyprès de Provence : cet arbre originaire d’Asie produit une huile essentielle très intéressante pour la circulation sanguine et lymphatique. Elle est notamment efficace pour résorber les œdèmes des membres inférieurs, problème classique en cas de chaleur. Et elle permet de plus de prévenir et réduire les varices et varicosités. Elle doit être diluée dans une huile végétale.
L'été, de nombreuses plantes peuvent aider aux désagréments de la chaleur comme les jambes lourdes

Toutes ces huiles essentielles peuvent être employées en massage, diluées dans une huile végétale, à proportion de 5 ml d’HE dans 20 ml d’HV.

Ainsi, des solutions accessibles à tous existent pour lutter contre les effets néfastes de la chaleur sur notre système circulatoire et pour se redonner une certaine légèreté.

 

Author Info
Isabelle Gallois

Isabelle Gallois

Spécialisée en philosophie de la médecine, je propose un contenu en éthique médicale, en épistémologie, ainsi qu'une approche sociologique des problématiques de santé et de la diversité des conceptions du normal et du pathologique. Je suis particulièrement intéressée par l'émergence de nouvelles médecines et par la question de la complémentarité disciplinaire.

Pas de commentaires

Poster un commentaire