Une bonne position de conduite vous assure moins de fatigue et des douleurs évitées

Les trajets en voitures, grands ou petits, sont souvent mis en cause dans l’apparition ou l’aggravation d’un mal de dos, principalement au niveau de la région lombaire, ou encore au niveau des cervicales.

Le corps humain n’est pas conçu pour rester de longues périodes en position assise. Dans cette position vos lombaires vont être pris en tenaille entre les vibrations et chocs en provenance de la route et le poids de votre corps. Voici donc quelques conseils qui vont vous permettre de faire de longs trajets en voiture, toute en réduisant les tensions qui, à terme, peuvent provoquer ou accentuer des douleurs dans la région lombaire.

 

La bonne position au volant pour éviter d’avoir mal au dos en voiture

La première étape est l’installation dans la voiture. Le but du jeu va être de faire supporter le poids de la tête et du corps par le dossier de votre siège. Il faut donc que ce dernier soit incliné à environ 100°, de manière à ce que le conducteur puisse s’appuyer dessus, toute en attrapant le volant sans décoller les épaules du siège.

Si vous êtes passager, vous pouvez incliner d’avantage le dossier et laisser reposer votre tête sur l’appui tête. Mais en tant que conducteur, l’appuie tête n’est pas pour vous, il ne vous sera utile qu’en cas de choc pour « réduire » l’effet du coup du lapin. Le conducteur devra également avancer son siège de manière à ce que sa jambe gauche ne soit pas en extension complète de genou lors de la manœuvre d’embrayage.

En effet l’appuie sur les différentes pédales ne doit pas engendrer de mouvements du bassin et/ou du bas du dos.

Tenez vous droit au volant, vous aurez beaucoup moins de fatigue sur les longs trajets et au quotidien

 

Si votre voiture en est équipée, les accoudoirs doivent être réglés à la même hauteur, pour que dans le plan frontal, la colonne reste droite. Dans le même but, il faut éviter la position « coude à la portière », qui en plus de ternir son image, va provoquer un déséquilibre de la colonne. Un soutient lombaire, coussin, couverture enroulée… doit être comme son nom l’indique un « soutient » et non un facteur d’hyperlordose. Il ne doit pas être une source d’inconfort au moment de votre départ, sous peine de s’aggraver au fil des kilomètres.

 

Les positions à adopter pendant la conduite

Pendant le voyage, il faut veiller à ne pas rester totalement immobile, notamment en se repositionnant au fond du siège ou en faisant des micros mouvements du bassin et du dos.

Le passager peut modifier les réglages de son siège et de son appuie tête. Il peut également caler ses pieds et prendre appuie de manière à soulever légèrement le bassin de l’assise, gainer les abdominaux, puis basculer le bassin vers l’avant et vers l’arrière. Pour le conducteur en revanche, cet exercice sera difficilement réalisable, il est plus sûr de se contenter de contracter les abdominaux tout en essayant de se grandir.

Cependant, le plus efficace restera de faire régulièrement des pauses, en moyenne toutes les heures, et au plus tard, toutes les deux heures. Si les pauses ont lieux au bout de deux heures, elles doivent durer minimum 20 minutes, pendant lesquelles il faut en profiter pour s’étirer et marcher en déroulant bien le pas. Cela permettra une relance du retour veineux au niveau des membres inférieurs, pour éviter les jambes lourdes, mais également des muscles lombaire, pour les ré oxygéner.

Toutefois, attention à sortir de sa voiture sans se faire mal. C’est souvent l’instant ou la douleur va vous prendre brutalement par surprise. Pour éviter ça il ne faut surtout pas faire de rotation du tronc, sortir d’abord les deux jambes de façon à avoir les deux pieds posés au sol. Ensuite utiliser les deux bras pour prendre appuie d’une part sur le volant et de l’autre sur l’encadrement de la portière, et ainsi vous aider à vous redresser.

Pensez à vous tourner avant de sortir de voiture, pour éviter une torsion des lombaires

Le but de cette manœuvre est d’éviter de sur solliciter vos muscles lombaires et de faire une rotation du buste qui provoquerait une compression de vos disques intervertébraux, façon essorage de serpillère. Elle n’est pas à utiliser que lorsque la douleur est présente, c’est une bonne habitude à prendre, que vous ayez 20 ou 50 ans et qui peut vous éviter bien des désagréments.

Enfin après un long trajet si l’on souhaite éviter la lombalgie de début de vacances, il est conseillé de remobiliser les muscles du dos en effectuant quelques étirement et respirations profondes avant de sortir du véhicule.

 

Comment décharger le coffre sans se faire mal au dos ?

Pour le déchargement du coffre, une fois chaud, on peut utiliser des postures adaptées au port de charge en respectant deux règles de base : ne pas faire de torsion et garder le dos droit. Ainsi pour saisir un objet au fond du coffre, il faut se mettre en fente avant, une jambe devant l’autre, puis prendre appuie d’une part sur la jambe de devant et d’autre part avec une main posée à plat sur l’encadrement du coffre. Cette main va permettre de contrôler la flexion du buste et d’aider à la future extension. Avec la main libre il faut se contenter de rapprocher l’objet le plus près possible de soi.

Une bonne position en voiture est essentielle !

Dans un second temps, les genoux fléchis, saisir à deux mains l’objet pour le mettre contre soi au niveau de l’abdomen, tout en gardant le dos droit et en gainant ses abdominaux.

Enfin si l’on voyage en train ou en avion, les contraintes sont les mêmes, mais il y a la possibilité de se déplacer plus facilement. Dans tous les cas ces bonnes habitudes peuvent ne pas suffire, il peut donc être utile de consulter un ostéopathe afin de rééquilibrer l’ensemble de votre organisme. En effet, une mauvaise posture prolongée peut s’installer et entrainer des déséquilibres qui nécessitent une prise en charge ostéopathique.

Une fois le nouvel équilibre trouvé, les protocoles et conseils donnés précédemment vous permettront de garder cet état de santé durablement et éviteront ou retarderont la réapparition de la douleur.

Les conseils de l’ostéopathe pour éviter le mal de dos en voiture

 

  • Surtout éviter les rotations du buste, tourner avec ses pieds et se baisser avec les genoux. Lors d’une marche arrière, pour éviter une torsion du buste trop importante, avancer le siège afin de se rapprocher des pédales.
  • Attention aux talons hauts, ils provoquent une hyperlordose et un relâchement des abdominaux. – Pour les longs trajets sur autoroute ne pas hésiter à mettre le régulateur de vitesse.
  • Vider les poches de son pantalon avant de prendre le volant. Un objet, porte feuille ou clef par exemple, dans votre poche avant peut comprimer le pli inguinal et participer à des phénomènes de jambes lourdes et/ou de névralgie. Ces mêmes objets dans votre poche arrière, vont déséquilibrer le bassin et donc toute la colonne, des lombaires jusqu’aux cervicales.
  • Il peut être utile d’avoir un coussin ou un soutien lombaire.
  • Bien régler ses rétroviseurs pour éviter des torsions rapides.
  • Rester calme et détendu, pour que les muscles restent souples.

Crédit photos : Romain Brante

 

Author Info
Romain Brante

Romain Brante

Ostéopathe diplômé de l'Institut Supérieur d'Ostéopathie Paris, j'ai effectué de nombreux remplacements avant d'ouvrir mon propre cabinet à Savigny-le-Temple (77). En parallèle j'ai obtenu un Diplôme Universitaire sur la Prise en charge pluridisciplinaire de la douleur en périnatal : aspects maternels, foetaux et néonataux. Ma pratique est adaptée à tous les types de patients, qu'il soit un sportif, un enfant, une femme enceinte, un nourrisson, une personne âgée... La prévention et la pédagogie sont pour moi une part importante de la stratégie à mettre en place pour conserver le capital santé des patients.

Pas de commentaires

Poster un commentaire