les-poumons

Si je vous dis « poumons » ? Vous penserez sûrement quelque chose comme « respirer » ?

Si je vous dis « respirer » ? Vous pensez à l’air ?

Et l’air qu’est ce que c’est ?

L’air, c’est le mélange de plusieurs gaz, et c’est pour ça qu’au-delà de n’être que le double organe vous permettant de respirer, les poumons sont d’abord et surtout le lieu où se font les échanges gazeux dans le corps !

 

Les poumons sont situés dans le thorax de part et d’autre du cœur. Ils ne sont pas réellement symétriques contrairement à ce que l’on pourrait penser, en effet le poumon droit est constitué de trois parties appelées lobes alors que le poumon gauche n’en possède que deux.

Pourquoi cela ? Parce que le cœur légèrement orienté vers la gauche prend de la place et donc en laisse moins au poumon.

 

Les poumons ne sont pas symétriques contrairement à ce que l'ont pense

 

Les lobes pulmonaires contiennent les bronches, qui deviennent bronchioles et c’est ces bronchioles qui vont portées les alvéoles, lieu des échanges entre sang pauvre en oxygène et gaz provenant de la respiration.

 

Que se passe-t-il lorsque l’on respire ?

Lors de l’inspiration, l’air entrant passe par la trachée et se repartit dans les bronches, dans les bronchioles et va jusqu’aux alvéoles.

L’oxygène contenu dans l’air inspiré circule dans les alvéoles et traverse leur paroi extrêmement fine pour rejoindre les minuscules vaisseaux sanguins pulmonaires ou capillaires pour réoxygéner le sang arrivant du cœur.

Le sang retourne alors via les veines pulmonaires au cœur gauche pour être finalement ré-éjecté dans la grande circulation du corps.

Le trajet de l'air dans le corps à travers les poumons

 

 

Un échange, comme son nom l’indique, ça va dans les deux sens !

Donc, pendant que l’oxygène inspiré enrichit le sang provenant du cœur, ce sang en profite par la même occasion pour se débarrasser du gaz carbonique qu’il contient et qu’il a accumulé au contact de toutes les cellules du corps qui en rejettent continuellement.

Ce gaz carbonique traverse alors la paroi des alvéoles, et puis passe dans les bronches.

C’est l’expiration qui nous permet d’éjecter le gaz carbonique de notre corps par le même chemin.

En inspirant, des particules contenues dans l’air peuvent aussi pénétrer dans les bronches. Pour pouvoir les éliminer, la partie interne des bronches est tapissée d’une couche protectrice de mucus. Les cellules des bronches possèdent à leur surface des cils très fins qui, comme un balai, poussent continuellement le mucus vers la trachée en éliminant les particules qui s’y sont déposées.

 

Les muscles respiratoires qui entourent les poumons

Les poumons, lors de l’inspiration, multiplient leur volume par 2 voir 3 par rapport à une fin d’expiration. Ce changement de proportion est permis grâce au premier muscle respiratoire qu’est le diaphragme.

Le diaphragme sépare la cage thoracique de l’abdomen et fonctionne comme un piston. Lors de sa contraction, le diaphragme s’abaisse, augmente le volume au dessus de lui dans la cage thoracique. La dépression créée permet la pénétration de l’air lors de l’inspiration.

A l’inverse, quand le diaphragme se relâche et remonte, le volume de la cage thoracique diminue de volume, une pression s’exerce sur les poumons et l’air est expulsé pour l’expiration.

Inspiration_00

 

 

Prise en charge ostéopathique

Pour une respiration au maximum de son potentiel, il est nécessaire que la cage thoracique et l’ensemble de ses articulations, de ses muscles, donc de ce qu’il la compose soit mobile et libre de toute tension.

C’est à ce niveau que votre ostéopathe peut intervenir et avec tout type de techniques. Son rôle est d’assurer le maintient de la synergie entre les systèmes musculaire et articulaire.

On dénombre plus de 60 articulations uniquement dans la cage thoracique et encore plus de muscles liés directement au mécanisme respiratoire.

C’est tout ce système qui vous permet de remplir ou vider vos poumons au maximum. Et pour les patients atteints de douleurs de dos chroniques, une bonne respiration peut avoir des effets positifs sur ces douleurs.

 

 

« Le cerveau humain est un moteur ; le Souffle de vie est une étincelle qui lance le moteur. »

W. Garner Sutherland

 

 

 

Author Info
Maxime Laurent

Maxime Laurent

Ostéopathe D.O. J’exerce à domicile dans la région sud de l’île de France. J’ai effectué plusieurs formations concernant la prise en charge du nourrisson et de la femme enceinte et ai également réalisé un travail de recherche sur le traitement des douleurs dues aux menstruations. La pratique ostéopathique étant variée, elle me permet d’adapter mes techniques en fonction de chaque patient et de chaque motif de consultation.

Pas de commentaires

Poster un commentaire