80.000 personnes subissent chaque année une ablation de la vésicule biliaire

La vésicule biliaire est un petit organe creux, que l’on décrit souvent comme ayant une forme de poire, de couleur verdâtre et située juste sous la foie à la partie supérieure et droite de l’abdomen. Elle mesure chez l’adulte 7 à 10 cm de long pour 3 cm de large avec une capacité moyenne de 50 mL.

La vésicule biliaire a pour rôle de stocker la bile produite par le foie et est même de la concentrer si besoin. C’est un liquide composé cholestérol, de pigments et de sels biliaires.

Grâce à sa fine paroi musculaire, la vésicule biliaire est capable de se contracter afin de déverser son contenu dans l’intestin sous l’influence des hormones digestives afin de faciliter la digestion des aliments à forte concentration en graisse.

La vésicule bilaire aide le foie dans son action

 

Pourquoi enlever la vésicule biliaire ?

Chaque année, 80000 personnes subissent une ablation de la vésicule biliaire ou cholécystectomie ! Pourquoi ? Et à quel prix ?

Cette opération est réalisée dans le cadre de la formation de calculs biliaires qui vont venir se déposer dans le fond de la vésicule, on parlera alors de lithiases biliaires. Les calculs sont des amas solides qui vont se former si la bile est trop concentrée en cholestérol par rapport aux sels biliaires. Cette stagnation peut être due à une motilité insuffisante de la vésicule biliaire et on parlera alors de vésicule paresseuse.

Il a été démontré qu’un facteur génétique de prédisposition à la fabrication de calculs existait. Donc si un parent proche (père, mère, frère ou sœur) est touché par ce genre de pathologie, les chances d’être touché sont aussi accrues.

Les causes de fabrication hors génétique regroupent :

  • L’obésité liée à la nutrition
  • Les pilules contraceptives
  • La prescription de statine
  • Le diabète I ou II
  • Une perte de poids trop rapide
  • Les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (maladie de Crohn ; Rectocolite hémorragique)

 

Les pathologies associées à la vésicule biliaire

En fonction de la migration des calculs, différentes pathologies sont décrites.

Par ordre de gravité, on retrouve :

  • Si les calculs restent dans la vésicule biliaire et engendre la distension de sa paroi, on parlera de colique hépatique.
  • Si les calculs migrent jusqu’au canal cystique, une inflammation et une infection de la vésicule biliaire peut se mettre en place et ce sera une cholécystite aiguë.
  • Les lithiases peuvent aussi migrer jusqu’au canal cholédoque et amener sa distension et son infection pour provoquer une angiocholite.
  • Enfin, si les calculs migrent jusqu’au sphincter d’Oddi, lieu de rencontre entre les canaux du foie et celui d pancréas, c’est la pancréatite.
La vésicule biliaire est un petit organe creux en forme de poire

Il est important de préciser que la majorité des lithiases sont totalement indolores, découverte de manière fortuite lors d’une échographie et que si aucun symptômes n’est ressenti, l’opération n’est pas nécessaire.

 

La cholécystectomie : une opération assez simple

Aujourd’hui, cette opération est majoritairement réalisée par cœlioscopie, qui est une technique permettant d’opérer à « ventre fermé », c’est à dire que le ventre ne nécessite pas d’être ouvert.

Pour ce faire, 4 incisions de l’ordre du millimètre sont faites pour pouvoir y faire passer les instruments de chirurgie et la mini caméra pour les guider.

La cholécystectomie est une opération faite en chirurgie ambulatoire, signifiant que l’entrée à l’hôpital se fait le matin et la sortie le soir même.

Malgré le fait que cette opération reste une opération « simple », les risques sont toujours importants et il est donc important de se renseigner sur l’expérience du chirurgien pour ce type de chirurgie.

Vu de la vésicule biliaire par cœlioscopie

Caméra (en bas à droite) ; instruments de cœlioscopie (en haut et à gauche)

 

 

La cholécystectomie : quels effets sur la digestion ?

Contrairement à certaines idées reçues, l’ablation de la vésicule biliaire ne sera contraignant ni pour la digestion ni pour le transit dans la grande majorité des cas !

En post opératoire, le foie ne cesse à aucun moment de produire la bile qui est alors directement libérée dans le duodénum, l’unique différence est que la vésicule biliaire n’est plus présente en cas de besoin accru de bile pour la digestion d’un repas plus copieux que la normal.

Il faut donc à tout jamais éviter les repas riches ? Non plus !

Il faut simplement faire preuve d’un peu de patience. Le corps est la définition même de la capacité d’adaptation/compensation, ainsi, les voies biliaires principales vont au fur et à mesure se dilater un peu pour tendre à reformer une sorte de réserve de secours, comme la vésicule biliaire, mais sans former de « sac » donc aucune stagnation.

Il faut donc, pendant les mois suivants l’opération, augmenter progressivement les portions, voir les fractionner pour laisser au corps le temps de s’adapter.

Si vous rencontrez toutefois des problèmes de transit ou de digestion, parlez-en à votre médecin. Il est probable que ces symptômes soient liés à une autre cause, qu’il est important de diagnostiquer et de prendre en charge.

 

Quelle prise en charge ostéopathique ?

L’ostéopathe va pallier aux disfonctions de votre vésicule en boostant les viscères fénéantes, drainant et libérant les tensions qui enraient le bon fonctionnement général de notre organisme. L’ostéopathie viscérale est un vrai bénéfice pour de nombreuses pathologies associées aux organes concernés.

L’ostéopathie se veut avant tout plus préventive que curative. Pour une personne ayant des antécédents familiaux de lithiases biliaires, il est important de limiter tout ce qui pourrait aider leur formation, voir un peu plus haut.

L’ostéopathe, dans sa prise en charge, peut utiliser des techniques de type viscéral directement sur la vésicule biliaire ou sur ses moyens d’attache par rapport au foie pour qu’elle conserve sa mobilité générale par rapport à tout le paquet organique, mais aussi sa mobilité intrinsèque pour qu’elle puisse se contracter librement afin qu’aucune stagnation de la bile ne se mette en place, et ainsi éviter la formation de lithiases.

Une prise en charge post opératoire, après cholécystectomie, peut aussi être intéressante. Il est trop tard par rapport à la formation des lithiases, mais même si les symptômes après ablation de la vésicule biliaire ne sont pas systématiques, une opération laissera de petites cicatrices à l’intérieur et à l’extérieur de l’abdomen.

Ces cicatrices malgré leur taille restent des points de fixations et donc de moindre mobilité.

Afin d’aider aux mécanismes d’adaptation/compensation évoqués plus haut, l’ostéopathe, à l’aide de techniques tissulaires ou faciales, libérera cette zone de toutes les tensions qui pourrait entraver le processus de guérison.

 

Si vous souhaitez être mis(e) en relation avec un ostéopathe spécialisé dans les techniques d’ostéopathie viscérale, contactez directement le standard au 01 84 17 27 87. Nous ferons alors notre maximum pour vous aider dans votre recherche, le tout gratuitement ! Le réseau REFLEX OSTEO, c’est plus de 200 ostéopathes dans une quinzaine d’agglomérations en France.  
Author Info
Maxime Laurent

Maxime Laurent

Ostéopathe D.O. J’exerce à domicile dans la région sud de l’île de France. J’ai effectué plusieurs formations concernant la prise en charge du nourrisson et de la femme enceinte et ai également réalisé un travail de recherche sur le traitement des douleurs dues aux menstruations. La pratique ostéopathique étant variée, elle me permet d’adapter mes techniques en fonction de chaque patient et de chaque motif de consultation.

Pas de commentaires

Poster un commentaire