régurgitations béb

Avant tout, ne confondez pas :

– Les régurgitations dites « normales » apparaissent au moment du repas ou peu après, de la naissance jusqu’à l’âge de 6 mois environ. La quantité alors régurgitée est minime et souvent due à une quantité trop importante de lait ou une prise trop vigoureuse ou trop rapide.

– Le reflux gastro-œsophagien (ou RGO) correspond à la remontée du lait contenu dans l’estomac vers l’œsophage. Il peut provoquer des régurgitations voire des vomissements mais peut également passer inaperçu. Il apparait la plupart du temps entre les tétées et est accompagné d’inconforts et de pleurs.

Pourquoi mon enfant a-t-il des régurgitations ?

Plusieurs facteurs expliquent la survenue d’un RGO chez le nourrisson :

  1. Le muscle qui se trouve à la jonction de l’œsophage et de l’estomac, et qui sert à fermer l’orifice, est immature. Il peut parfois se relâcher et laisser remonter le liquide gastrique dans l’œsophage. Au fur et à mesure que l’enfant grandit, le muscle est de moins en moins défaillant.
  2. Chez le nourrisson, l’estomac est de très faible capacité. A chaque tétée il est donc distendu par d’importants volumes de lait et de gaz (air dégluti en tétant). Cela provoque parfois un trop-plein gastrique qui tarde à être évacué vers l’intestin, favorisant alors le risque de reflux et régurgitations.
  3. De nombreux organes de la cavité abdominale, dont l’estomac, sont innervés par des nerfs provenant du crâne (essentiellement le Nerf X aussi appelé Nerf Vague ou Pneumogastrique). Lors de la formation du système digestif, des mouvements de rotation des structures ont lieu et des contraintes sur le trajet du Nerf peuvent alors causer des tensions. Lorsque celui-ci est comprimé ou irrité, il communique alors moins bien et peut envoyer de mauvais signaux à l’origine du phénomène de reflux.
  4. Lors de l’accouchement les manipulations obstétricales au niveau du cou et de la base du crâne peuvent mettre en tension le Nerf X. Les contraintes possibles au niveau de la cage thoracique et du diaphragme peuvent aussi localement causer des tensions sur certains des organes du système digestif de votre enfant.

Les signes fréquemment associés au RGO 

Même si le RGO n’est pas fréquent et qu’il n’a pas l’air d’être gênant pour votre enfant, il est souvent la cause d’autres troubles :

– Refus progressif de s’alimenter

– Contractions musculaires et raidissement plus ou moins complet de l’enfant

Troubles du sommeil, difficultés à s’endormir surtout en position allongée

– Votre enfant pleure et se tortille pendant et après le repas

– Affections ORL à répétitions : otites, rhinopharyngites et pneumopathies

– Toux chronique 

Ostéopathie et RGO :

Signalons d’ores et déjà que l’ostéopathie ne permet pas de traiter les RGO dues à des hernies hiatales importantes (la chirurgie sera parfois inévitable). Cependant, ces cas restent assez rares et le diagnostic est généralement posé précocement. Dans tous les autres cas, l’ostéopathie peut se révéler efficace.

Le but de l’ostéopathe va être, grâce à un examen manuel très doux, d’analyser les différentes mobilités physiologiques (crâne, thorax, abdomen, bassin) de votre enfant. Il détectera ainsi les dysfonctionnements à l’origine de ses maux.

Le travail consiste en général à libérer le nerf Vague, qui peut être comprimé à différents niveaux : crânien, thoracique et abdominal. L’ostéopathe va libérer le crâne par des techniques douces mais aussi relâcher les tensions au niveau du cou, du dos, des côtes (souvent responsable de troubles respiratoires), du ventre et du bassin.

Il est important de soulager les nouveau-nés après ce premier exploit qu’est l’accouchement. Il faudra parfois quelques séances pour défaire ces tensions accumulées par le nourrisson. En général une ou deux consultations suffisent. Ainsi, par des manipulations appropriées et non contraignantes, le repas redeviendra un moment agréable à partager avec votre enfant !

Et à la maison ? Que peut-on faire ?

Adoptez les 9 bons réflexes au quotidien pour prévenir efficacement les régurgitations !

  1. Fractionnez les repas avec des pauses pour permettre à votre enfant de faire un rot. Il pourra mieux évacuer l’air qui distend son estomac et éviter le reflux
  2. Evitez la mise au sein trop longue ou trop fréquente
  3. Lorsque vous le mettez dans son lit, placez-le sur le dos et surélevez la tête de son lit de 30 degrés environ (attention pas d’oreiller au-dessus du matelas !)
  4. Dans la journée, installez le nourrisson dans un siège un peu incliné ou sur une chaise haute, selon son âge
  5. Ne soumettez pas votre enfant au tabagisme passif : cela favorise le relâchement du muscle entre l’œsophage et l’estomac et donc, la survenue des régurgitations.
  6. Veillez à ce qu’il y ait du lait et non de l’air dans la tétine
  7. Adaptez au mieux le débit de la tétine et la quantité de lait donnée
  8. Evitez la formation de grumeaux dans le biberon
  9. Essayez de ne pas faire trop bouger votre enfant après le repas, de lui faire faire le dernier rot et d’attendre un peu, à la verticale, avant de le coucher

Merci à Anne-Claire Olivier pour cet article

Vous pouvez retrouver son site internet en cliquant sur  http://olivier-osteopathie.com/

Retrouvez également l’article de nos confrères parisiens : http://www.osteopathes.paris/reflux-osteopathe-paris/

Author Info
Anne-Claire OLIVIER

Anne-Claire OLIVIER

Ostéopathe D.O. exerçant à Paris et Evry (91). Titulaire d’un D.U Prise en charge de la douleur dans le champ Périnatal de la Faculté de Médecine Xavier Bichat (Paris).

Engagée à 300% dans l’accompagnement des futures mères et de leurs enfants pour que la grossesse, l’accouchement et le début de vie soient les plus épanouissants possibles. Je suis convaincue que l’ostéopathie est un soutien incontournable à la conservation d’un schéma corporel équilibré et non-douloureux.

Pas de commentaires

Poster un commentaire