mâchoire-craque

La mâchoire qui craque ?

 

Ma mâchoire craque et me fait mal à chaque mouvement, quand je mange, baille, parle… Comment faire pour y remédier?

Le traitement des troubles de la mâchoire a énormément évolué au fil des dernières décennies.

La communauté scientifique a compris que la mâchoire n’était pas un élément anatomique à considérer de manière isolée. Ce n’est plus uniquement une articulation. La mâchoire peut être la cause ou la conséquence d’autre troubles présents parfois à distance : la notion de globalité prend tout son sens.

L’ostéopathe arrive alors en premier plan au côté des dentistes et stomatologues pour parvenir à un résultat stable et efficace.

 

Comprendre son problème pour mieux le résoudre

Une mâchoire qui craque n’est pas une problématique particulièrement rare. Il est admis qu’elle touche 5 à 10% de la population et reprèsente un motif de consultation fréquent chez les professionnels de santé. Pourtant, elle reste un trouble complexe et délaisse parfois des doutes, se montrant particulièrement difficile à résoudre. C’est pourquoi il vous faut avant tout la comprendre, VOUS, afin de bien débuter votre prise en charge.

Tout d’abord, pourquoi ça craque ? Regardez :

mâchoire

Voici le schéma d’un crâne, centré sur l’articulation temporo-mandibulaire (ATM).

Comme vous pouvez le voir, cette articulation unie la mandibule à l’os temporal, juste devant les oreilles. Entre les deux os se situe un disque articulaire (en rouge sur le schéma) qui permet d’éviter les frottements imposés par les mouvements de la mâchoire. Il répartie les différentes pressions générées pendant la mastication et le serrage des dents, afin de la transmettre à tout l’espace articulaire. Lors de l’ouverture de bouche, le disque articulaire tourne sur lui-même et avance.

Une mâchoire qui claque ou qui craque lors de l’ouverture de bouche traduit en fait un déplacement anormal du disque.

Il se poduit quand les éléments de l’articulation ne sont plus en harmonie. La mandibule se replace alors brutalement avant la fin du mouvement.
Si il se bloque, le condyle n’atteindra pas son objectif : il ne pourra être aligné avec les bonnes structures articulaires. Il reste alors bloqué dans une position non adaptée et comprimera les paquets vasculo-nerveux du nerf auriculo-temporal, entraînant les douleurs.

 

Les symptômes

Le craquement et les douleurs de la mâchoire sont très régulièrement accompagnés d’autres symptômes, dont l’origine peut être similaire.

Certains sont relativement évidents :

  • Sensation de craquement, de frottement pendant les mouvements d’ouverture de bouche (comme lors de la mastication par exemple)
  • Douleur au niveau de l’articulation, en avant de l’oreille
  • Ouverture limitée de la mâchoire, blocage bref et douloureux en position ouverte ou fermée (= dislocation de la mâchoire)
  • Changement soudain de la façon dont les dents arrivent ensemble
  • Sensibilité des muscles de la mâchoire
  • Sensibilité des dents

D’autres symptômes sont parfois moins évident à mettre en relation avec les problèmes de mâchoire :

  • Douleur avec irradiation possible dans le cou, les cervicales et les épaules.
    La douleur peut être cyclique, et apparaître seulement d’un côté, le matin au réveil ou après une grande période de stress
  • Maux de têtes et migraines, de siège variable (front, tempes, douleurs sinusales)
  • Troubles auditifs : siflements des oreilles (= les acouphènes), oreilles bouchées, vertiges
  • Troubles oculaires : vision floue, rougeurs aux yeux, douleurs rétro-orbitaires

Ainsi, même si vous n’en aviez pas l’idée, peut-être que vos migraines ou vos douleurs lancinantes aux cervicales résident en réalité dans une problématique occlusive ou articulaire, au niveau de votre mâchoire ! Ceci peut être le cas même si vous n’avez aucune douleur au niveau de cette articulation.

Note : le syndrôme de SADAM (ou syndrôme algo-dysfonctionnel de l’appareil manducateur) peut  regrouper l’ensemble de ces troubles. Il implique un dysfonctionnement de l’articulation de la mâchoire et une hypercontraction des muscles pendant la mastication.

Si vous voulez vérifier si vos articulations de la mâchoire fonctionnent correctement, vous pouvez placer l’index, le majeur et l’annulaire de manière verticale entre vos dents du bas et celles du haut. L’ouverture de votre mâchoire ne doit ni être douloureuse, ni gênante, ni ne provoquer de bruits suspects. Si vous n’arrivez pas à mettre ses 3 doigts, c’est sans doute qu’il existe un dysfonctionnement au niveau de votre mâchoire.
 

 

Le rôle de l’ostéopathie dans les troubles de la mâchoire

« Une convergence pluridisciplinaire s’est révélée fructueuse dans la compréhension de l’anatomie fonctionnelle de l’ATM en cherchant à la relier à l’aspect clinique qui conditionne l’approche diagnostique et thérapeutique » – Anatomie descriptive et fonctionnelle de l’articulation temporo-mandibulaire, Christophe Bonnefoy et Al., 2013.

Les grandes variabilités interindividuelles nous obligent à réfléchir aux troubles cas par cas. L’ostéopathe obtient donc un rôle majeur dans le cercle de soin, dont les séances s’orientent vers une compréhension des symptômes, respectant une prise en charge globale, individualisée et non mécanisée pour chaque patient.

Le traitement ostéopathique se portera directement sur l’origine des troubles, après avoir été compris : sur les zones sensibles du corps qui influent sur la mâchoire, et inversement sur les zones où des tensions sont apparues à cause de la mâchoire.

> Accompagnement de soins dentaires : une prise en charge ostéopathique peut être particulièrement efficace avant, pendant et après des soins dentaires. Parmis eux, on peut en particulier citer diverses opérations (opération des dents de sagesse, arrachement dentaire, courrones…etc), mais aussi en parallèle d’actes orthodontiques (appareils dentaires).
Bien que le suivi par un dentiste soit indispensable pour votre santé, il est très pertinent de l’accompagner avec des séances d’ostéopathie.

Elles permettront une meilleure adaptation de votre appareil manducateur, prévenant, réduisant ou corrigant vos troubles dentaires. Mais aussi de réduire significativement les complications et la durée des séances orthondontiques.

> Travail sur la sphère ORL : des séances d’ostéopathie sont indiquées dans le soin de certains troubles, comme les migraines, les acouphènes ou les vertiges. Si ces problématiques sont réccurentes, les séances d’ostéopathies peuvent souvent être une solution décisive.
Attention, si ces troubles sont importants, n’hésitez surtout pas à consulter votre médecin généraliste et votre ORL. L’échange entre les ostéopathes et ces professionnels de santé mènent souvent à des prises en charge très efficaces pour ce type de problématique.

> Travail global et postural : comme nous l’avons vu, la mâchoire est un pivot postural important. Son atteinte peut provoquer des déséquilibres musculaires cervico-thoraciques. A l’inverse, des déséquilibres posturaux provenant des membres inférieurs,du bassin ou de la colonne peut se répercuter sur la mâchoire. L’ostéopathe pourra alors effectuer un travail global, dont le travail ne s’effectue pas directement sur la douleur, mais sur l’origine des troubles.
Un travail en parallèle avec des podologues et des rhumatologues donne très souvent de bons résultats.

> Travail émotionnel sur le stress, l’anxiété, la colère : les émotions étant vivement impliquées dans les troubles de l’ATM, l’ostéopathe pourra vous aider à les gérer. Le stress est souvent mis au premier plan, l’ostéopathe vous aidera à en en reconnaître les signes et leur impact dans votre vie quotidienne. Le travail global du corps permet de réaliser un travail de relaxation, avec relâchement et sensation de bien être.

 

Une prise en charge pluridisciplinaire donne souvent les meilleurs résultats.

Souvent difficile à identifier, plusieurs patients sont “étiquetés” comme étant des malades psychosomatiques alors qu’ils souffrent réellement de malaises chroniques. Ils désespèrent alors voir leur condition s’améliorer. Le fait pour ces patients de mieux comprendre leur maladie leur permet de mieux la maîtriser de l’assumer et de participer à leur guérison.

Dans l’ère de notre temps, gouvernée par la biologie, la neurobiologie ou la biologie moléculaire, l’anatomie, la logique et le travail global du corps restent des valeurs indispensables dans la compréhension et l’amélioration de ces troubles.

Cela explique sans doute le succès de l’ostéopathie dans la prise en charge des troubles de la mâchoire, et occupe désormais une place de choix dans ce cercle de soin pluri disciplinaire.

 

Si vous aussi vous souffrez de problème de mâchoire, vous pouvez lire aussi notre article sur la mâchoire qui craque ou qui claque, et laisser un commentaire ci dessous, nous y répondront !

 

 

Author Info
Virgile VALLET

Virgile VALLET

Ostéopathe à Paris, mes domaines de prédilections sont l'ostéopathie du sport, l'ostéopathie pédiatrique et obstétrique. Rédacteur REFLEX OSTEO à mes heures perdues, je vous propose une série d'articles autour de différentes thématiques !

Pas de commentaires

Poster un commentaire