Tout savoir sur la scoliose sans se tordre l’esprit

(la colonne, c’est déjà assez)

Tout le monde connaît le bossu de Notre-Dame ? Savez-vous que cette fameuse bosse n’est ni plus ni moins qu’une belle scoliose ?

Mais qu’est ce que la scoliose (la vraie) ? Pourquoi notre corps peut-il soudainement se mettre à se déformer de la sorte ? La scoliose fait-elle mal ? Comment peut-on éviter finir en Casimodo 2.0 ?

Peut-il y avoir un intérêt à aller voir un ostéopathe pour votre scoliose ? Voilà de nombreuses questions qui méritent réponses. 

 

1- C’est quoi la scoliose ? 

La colonne vertébrale est naturellement composée de différentes courbures. Celles-ci permettent de répartir de manière homogène toutes les contraintes mécaniques durant le mouvement. 

Saviez-vous qu’avec ses courbures, la colonne est dix fois plus résistante à la compression qu’une colonne rectiligne ? En effet, les courbures permettent d’amortir efficacement tous les petits chocs du quotidien, à la manière d’un amortisseur de voiture.

Ces courbures sont visibles de profil. 

Si nous regardons la colonne vertébrale de derrière, celle ci devrait être normalement rectiligne.

Pourtant il se trouve que des courbures peuvent apparaître (en forme de S) notamment durant l’enfance et l’adolescence : c’est alors qu’on suspecte la scoliose.

 

 

La « fausse » scoliose (ou attitude scoliotique)

Qu’on se le dise, l’attitude scoliotique, c’est comme les casquettes Louis Vuitton : c’est de la contrefaçon !

Ça a tout l’air d’une vraie mais pourtant quand on regarde de plus près on s’aperçoit que ce n’est pas le cas.

L’attitude scoliotique est caractérisée par une incurvation latérale droite ou gauche de la colonne vertébrale qui est uniquement visible lorsque vous êtes debout. Lorsque vous vous penchez en avant, celle ci disparaît. 

Pourquoi peut-on développer une attitude scoliotique ? 

Il peut exister une différence de longueur de jambe qui entraîne une inclinaison du bassin qui entraîne à son tour l’attitude scoliotique. Celle-ci peut également être consécutive à des défauts de posture.

La « vraie » scoliose 

Celle-ci se caractérise non seulement par une incurvation latérale droite ou gauche (colonne en forme de S) mais également par une rotation de la colonne vertébrale. 

Vous voulez la dépister vous-même ? Pas besoin d’avoir fait 10 ans d’études , voici la solution :

Pour mettre en évidence celle-ci, on demande au patient de se pencher en avant, en gardant les genoux tendus. Si un coté du dos paraît plus haut que l’autre (apparition d’une bosse), vous pouvez suspecter une scoliose. Et voilà, quoi de mieux que ça pour vous faire appeler docteur en l’espace de deux minutes par vos amis ?

Les deux types de scolioses vraies :

  • Scoliose idiopathique : Et voilà, après tout ce suspens je vais vous décevoir, personne ne sait son origine… Dommage, c’est la plus fréquente (80% des vraies scolioses)
  • Scoliose secondaire : consécutive à une malformation dès la naissance, une maladie neurologique, osseuse…)

 

 La scoliose est sexiste !

Les féministes, réveillez vous, voici une belle injustice : les filles sont particulièrement plus touchées que les garçons par la scoliose. Il y aurait un ratio de 8 filles touchées pour chaque garçon atteint de la pathologie.

 

2 – Quels sont les traitements habituels pour la scoliose ?

Il est important de réaliser une consultation médicale afin d’évaluer si un traitement est nécessaire dans le but d’éviter que la scoliose s’accentue petit à petit jusqu’à devenir problématique :

  • gêne respiratoire,
  • douleur. Attention, la scoliose idiopathique en elle-même est totalement indolore. S’il existe une douleur, c’est qu’il y a une complication de la scoliose ou alors que la scoliose est dite secondaire (voir ci-dessus).
  • modification esthétique (difficile de draguer Esmeralda avec votre grosse bosse…).

– 1er cas : la déviation de la colonne est faible :

ne vous inquiétez pas, votre dos ne nécessite pas de traitement particulier. (Pensez quand même à vous faire suivre régulièrement pour contrôler l’évolution)

– 2ème cas : La déviation de la colonne commence à devenir conséquente :

vous avez de bonnes chances de finir comme la plante qui poussait pas droit à laquelle on a mis un tuteur, le corset est fait pour vous. Le but du corset est simple : pour les adolescents, celui-ci évite que la courbure s’accentue jusqu’à la fin de la croissance. Pour les adultes, celui-ci permet surtout de réduire les douleurs ou de freiner son évolution si celle-ci s’aggrave. Il peut être particulièrement intéressant de coupler le port du corset à une prise en charge en kinésithérapie dans le but de renforcer les muscles du dos afin de maintenir le plus possible la colonne.

Une idée reçue particulièrement répandue inciterait les personnes scoliotiques à ne pas faire de sport à cause de leur scoliose. Au contraire ! C’est le meilleur moyen de se faire le plus beau corset 100% bio et naturel, exclusivement composé de vos muscles.

– 3ème cas: Dans le cas où la scoliose est plus grave et que le port du corset n’a pas empêché la déformation, la chirurgie peut s’avérer nécessaire. L’opération consiste à corriger la déformation en utilisant des tiges de métal implantées sur les vertèbres. (voyez ce que ça donne ci-dessous.. un petit coté robocop, c’est toujours original).

 

3 – Et votre Ostéopathe dans tout ça, il sert à quoi ?

L’ostéopathe, en vous faisant craquer, va remettre en place votre dos et réduire la déformation scoliotique… Stop stop, stop.

Si un ostéopathe vous dit ça, rigolez lui au nez et n’hésitez pas à partir en courant.

Jamais un ostéopathe ne devrait avoir l’audace de vous dire des choses de ce genre à moins que celui-ci ne se revendique charlatan professionnel.

Pour autant, l’action de l’ostéopathe est très intéressante dans la scoliose car il permet de dépister, prévenir et de freiner l’évolution de cette scoliose.

Avant la découverte de la scoliose :

Votre ostéopathe sera tout d’abord un intervenant de choix pour dépister une scoliose. Or, le dépistage précoce de la scoliose chez l’enfant est particulièrement important et prédispose à une bonne évolution de la scoliose !

L’ostéopathe regardant le corps du patient de manière globale, celui-ci sera particulièrement apte à déceler une anomalie au niveau de la colonne même si vous venez pour une douleur qui n’a rien à voir avec le dos. Si celui suspecte une scoliose vraie, il pourra tout à fait vous référer à un médecin afin d’avoir des examens complémentaires (la radio est l’examen de choix pour évaluer une scoliose) dans le but d’instaurer le traitement le plus adapté. 

Après la découverte de la scoliose :

Le diagnostic est posé : vous avez une scoliose. Comme nous l’avons dit auparavant, votre ostéopathe ne pourra agir sur la déformation de votre colonne.

  • prévenir des douleurs 

Durant de nombreuses années, nous avons pensé que la symétrie du corps était un gage de bonne santé. Mais ce n’est pas du tout le cas ! Il existe de nombreux cas de patients ayant des scolioses à prendre peur mais qui ne ressentent aucune douleur particulière alors que d’autres personnes présentent une belle colonne vertébrale bien droite et pourtant se plaignent de maux de dos à répétitions.

Pour être en bonne santé, l’objectif n’est pas spécialement d’avoir une colonne vertébrale bien droite. 

Il vous faut un dos fonctionnel, mobile et capable de s’adapter à tous vos mouvements et positions de la journée. Votre ostéopathe fera en sorte d’optimiser toutes ces fonctions.

La scoliose va provoquer un changement progressif de la configuration de votre corps ce qui va lui demander de forte capacité d’adaptation.

L’ostéopathe va justement regarder que l’ensemble de votre corps soit en capacité d’accueillir cette scoliose. 

De la tête au pied, mais aussi au niveau de la colonne, nous allons essayer de faire en sorte qu’il n’existe aucune tension supplémentaire qui pourrait s’aggraver avec la progression de la scoliose. Tout le corps sera alors libre et mobile et pourra parfaitement s’organiser avec ce nouvel état d’équilibre ce qui évitera la survenue de douleur. 

De manière globale, l’ostéopathe regardera enfin s’il existe d’autres perturbations de l’équilibre du corps (mauvais fonctionnement des articulations des chevilles consécutivement à d’anciennes entorses, par exemple, déséquilibre au niveau du bassin…) qui pourraient se sur rajouter à la scoliose et solliciter encore plus le corps du patient. 

Pour simplifier, on essaye d’éviter le Burn Out du corps.

  • traiter les douleurs existantes et veiller à la bonne évolution de la scoliose

Il se peut que votre corps réagisse mal à l’apparition de votre scoliose.

En réaction de défense, des muscles vont se contracter, d’autres s’étirer, des articulations vont être plus sollicitées que d’habitude du fait de tout le changement postural…

Bref, votre corps subit ce changement d’état structural. L’ostéopathe pourra alors essayer de localiser et de traiter tous ces endroits de tensions provoquées par la scoliose. Sur ce cas précis, l’ostéopathe ne pourra pas supprimer la cause « primaire » de ces tensions (la scoliose). Il  pourra à la fois traiter les tensions provoquées par la scoliose mais également prévenir de la récidive de ces douleurs en redonnant à votre dos la mobilité et la capacité d’adaptabilité nécessaire à son bon fonctionnement.

 

Saviez-vous que l’ostéopathe peut également agir suite à une chirurgie de votre colonne vertébrale ? Pour en savoir plus, lisez notre article sur l’arthrodèse et l’ostéopathie, une complémentarité (presque) évidente !

 

Votre ostéopathe ne vous guérira pas de votre scoliose mais vous aidera à mieux vivre avec !

Alors ne désespérez pas, la scoliose n’est pas une fatalité et des ostéopathes dévoués comme nous feront toujours de notre mieux pour accompagner votre corps dans tous ses changements. 

Author Info

Laurent LOUAT

Pas de commentaires

Poster un commentaire

Effectuez cette addition *