prostate

Votre ostéopathe pour le traitement de la prostate ?

Cela vous épate ? Arrêtons les jeux de mots et essayons de comprendre comment et pourquoi l’ostéopathie peut apporter des réponses intéressantes au traitement et à la prévention des troubles de la prostate.

Pour cela, nous allons d’abord vous présenter ce petit organe si peu connu.

 

1 – Anatomie de la prostate

 

La prostate est une glande masculine localisée au niveau du petit bassin et au dessus du périnée.

Le périnée est la nappe musculaire constituant le plancher des viscères dans votre bassin. Elle se localise plus précisément en dessous de votre vessie, en avant de votre rectum et en arrière de votre symphyse pubienne.

Elle constitue un des éléments sécréteurs du sperme avec les vésicules séminales situées en arrière d’elle. La prostate est traversée par différents canaux tels que l’urètre chargé du transport de l’urine depuis la vessie jusqu’à la verge et des canaux éjaculateurs, chargés du transport du sperme.

Comme l’ensemble des tissus de votre organisme, la prostate est vascularisée par différentes artères issues de l’artère iliaque interne, elle même issue de l’artère iliaque commune cheminant devant votre charnière lombo sacrée. Les artères desservant la prostate profitent également à la vessie ainsi qu’au rectum.

La prostate reçoit en plus des nerfs issus du sacrum, ce qui explique pourquoi votre ostéopathe lors de l’investigation de votre prostate pourrait se pencher sur votre sacrum et les vertèbres lombaires sus-jacentes. L’ensemble de ces éléments vasculo-nerveux chemine dans des fascias que l’on appelle lames Sacro recto génito pubiennes (SRGP) qui, par leurs connexions, donnent des liens étroits entre les différents organes, les muscles et les os du bassin.

Ainsi, de par sa localisation et sa liaison très proche avec les organes voisins, les troubles prostatiques et les interventions thérapeutiques sur la prostate peuvent entraîner des symptômes invalidants sur tout le système génito-urinaire : difficultés à uriner, des incontinences, des troubles de l’érection, de l’éjaculation, des douleurs…

prostate ostéopathe

2 – Pathologies et physiopathologies

 

Les pathologies les plus répandues concernant la prostate sont l’hypertrophie bénigne de prostate, la prostatite, le cancer.

 

L’hypertrophie bénigne de prostate

Elle représente la forme évoluée de l’adénome prostatique. Elle est favorisée par le vieillissement ou le statut hormonal du patient.

Sa cause précise est encore inconnue, néanmoins des facteurs de risques ont été démontrés notamment l’association d’une obésité, hypertension artérielle, résistance à l’insuline et un excès de graisses dans le sang. Physiologiquement, elle résulte d’un déséquilibre entre prolifération cellulaire et mort cellulaire programmée.

Elle a lieu dans la partie de la prostate entourant l’urètre d’où des problèmes d’écoulement de l’urine et de vidange vésicale. Les symptômes apparents seront donc une émission très fréquente de petites quantités d’urine, des incontinences, une diminution de la force du jet et un besoin de pousser pour uriner…

 

La prostatite

Trois cas de prostatites sont à distinguer :

  • La prostatite aiguë qui correspond à une inflammation aiguë d’origine microbienne de la prostate. Cette pathologie touche à peu près 1% des hommes au cours de leur vie et se manifeste par de la fièvre, des frissons, des brûlures mictionnelles, des envies d’uriner fréquentes et des incontinences. Des douleurs pelviennes peuvent s’associer, notamment au niveau du rectum, du pénis et de l’urètre. Cette prostatite d’origine bactérienne ne s’adresse pas à l’ostéopathe et nécessite un traitement par antibiothérapie.

 

  • La prostatite chronique d’origine bactérienne qui reproduit les mêmes symptômes que la prostatite aiguë et constitue seulement 5 à 15% des prostatites chroniques. Cette prostatite est souvent liée et causée par des antécédents infectieux de l’appareil urinaire tels que des urétrites, des épididymites chez lesquels on retrouve le même agent bactérien. Elle est également causée par d’autres maladies de l’appareil urinaire telles que des sténoses de l’urètre, anomalies du col vésical, malformations suite à des gestes chirurgicaux. Le plus souvent ces infections sont d’origine ascendante, facilitées par une prédisposition anatomique au reflux dans les canaux prostatiques. C’est dans ce domaine que votre ostéopathe est susceptible d’intervenir ! Par des manipulations douces et précises, il permettra de relâcher certaines tensions et rigidités dans les fascias et les tissus réduisant possiblement le responsable reflux.

 

  • Enfin, vient la prostatite chronique d’origine non bactérienne reconsidérée par les urologues comme le syndrome douloureux pelvien chronique car elle n’est pas de nature infectieuse et que son étiologie est encore discutée. Elle se manifeste par des douleurs pelviennes associant parfois des troubles mictionnels et sexuels. Sur ce type de pathologie, l’ostéopathie a déjà été bénéfique en reconsidérant la prostate dans son ensemble anatomique et ses connexions ; des manipulations ciblées sur les fascias, le périnée, les organes voisins et le bassin dans sa structure permet une amélioration voire une disparition des troubles.

 

Attention, devant l’apparition de l’un de ces symptômes, une visite chez votre médecin de prime abord est nécessaire !

 

Le cancer de la prostate

Il représente un problème de santé publique majeur et se retrouve au 1er rang des cancers chez l’homme en France.

Il représente également la 3e cause de décès par tumeur chez l’homme. Le cancer de la prostate se définit par une prolifération anarchique et incontrôlée des cellules épithéliales de la glande formant une tumeur maligne. L’étiologie de cette formation tumorale est encore inconnue.

Les études les plus récentes pointent du doigt une possible origine génétique et environnementale.

Différents facteurs de risque sont identifiés à savoir l’âge avec une incidence plus élevée au delà de 50 ans, la présence d’un cancer de la prostate dans la famille, des origines africaines.

Le cancer de la prostate lorsqu’il est localisé et encore de petite taille est non symptomatique, c’est pour cette raison que sa découverte peut être tardive ou lors de formes évoluées.

Certaines recommandations préconisent un dépistage systématique à partir de 50 ans voire 45 ans s’il existe des antécédents familiaux. Celui-ci a lieu par un toucher rectal en plus d’un dosage des PSA. Attention au dosage des PSA ! C’est un bio-marqueur spécifique du cancer mais il est en revanche très peu sensible ! Ainsi, le dosage des PSA seul n’est pas un élément diagnostique fiable pour le cancer de la prostate. Il doit être accompagné d’un toucher rectal, voire d’une ponction par biopsie !

Il fait partie des cancers hormonaux dépendants d’où son besoin en testostérone pour se développer. C’est pourquoi une part de son traitement correspond à l’hormonothérapie mais s’adresse surtout aux cancers généralisés lors d’une découverte tardive ou suite à une prostatectomie.

La prostatectomie est un acte chirurgical lourd qui a lieu par devant en sus pubien mais peut avoir lieu par en dessous au niveau du périnée. Elle consiste à retirer l’intégralité de la prostate. La dissection des fascias englobant la prostate peut entraîner des lésions importantes des bandelettes nerveuses et vasculaires censées innerver le pénis et organes pelviens responsables de troubles érectiles, voire de douleurs. Malgré un geste prudent et mesuré du chirurgien, ces troubles sont fréquents.

C’est également dans ce domaine que votre ostéopathe pourra intervenir en rétablissant une bonne perfusion vasculaire des espaces lésés et une meilleure cicatrisation ou rémission. Les coups de bistouris sont réputés pour la formation d’adhérences entre les fascias qui peuvent également causer ces troubles. Les adhérences sont des connexions fibreuses anormales entre deux tissus. Les manipulations ostéopathiques permettent d’assouplir ces adhérences et rétablir un bon glissement, une bonne mobilité entre les tissus.

 

3 – L’ostéopathe pour le traitement de la prostate

 

L’ostéopathie sera particulièrement indiquée en prévention et après une chirurgie prostatique.  

De par une anamnèse poussée permettant de distinguer les différentes pathologies, votre ostéopathe sera en mesure de savoir si vos troubles sont de son ressort ou non.

L’origine des troubles sera également identifiée à savoir s’ ils sont apparus suite à un traumatisme physique, un stress important, une mauvaise hygiène de vie, autant d’éléments qui lui permettront d’identifier leur provenance et d’élaborer un projet thérapeutique adapté.

Grossièrement, votre ostéopathe se penchera potentiellement sur la mobilité de votre bassin, les espaces sacro iliaques, sacro coccygiens, lombaires, votre symphyse pubienne.

 

Mon ostéopathe va t-il me pratiquer un toucher rectal ?

Non, l’ostéopathe n’est pas habilité à pratiquer le toucher rectal depuis un décret de 2007. Il pourra travailler la prostate grâce à des techniques externes également efficaces.

Un travail locorégional pourra être entrepris sur les tissus péri prostatiques tels que le colon, la vessie, les muscles ilio psoas, les muscles pelvi trochantériens, le périnée, les lames SRGP… autant de manipulations qui permettront de dégager la prostate, la drainer au niveau liquidien et assouplir les possibles adhérences.

D’autres manipulations centrées sur l’abdomen pourront être nécessaires notamment sur le foie qui a un lien indirect avec la vessie de par l’ouraque, les reins qui constituent un segment de votre appareil urogénital, les anses grêles qui recouvrent tout ce complexe.

Un travail sur les membres inférieurs pourrait aussi avoir lieu afin de changer vos appuis, votre posture et améliorer la mobilité du bassin.

Il est important de souligner que l’un des principes de l’ostéopathie repose sur la globalité et l’interactivité des tissus, ne soyez donc pas étonnés si votre ostéopathe ne se focalise pas sur la prostate et aborde d’autres parties de votre corps.

 

EN BREF :

L’ostéopathe ne remplace pas le médecin et, devant une pathologie de la prostate, il faut d’abord consulter un médecin spécialiste. Néanmoins, l’ostéopathie trouve sa place dans la prise en charge pluridisciplinaire du traitement de la prostate. L’ostéopathie est complémentaire aux traitements classiques. L’ostéopathe pratiquera des techniques au niveau de la prostate mais aussi à distance de la prostate.

 

 

Références :

 

Author Info
Olivier DIRHEIMER

Olivier DIRHEIMER

Pas de commentaires

Poster un commentaire

Effectuez cette addition *